Home / Voyages / Afrika 2019-20



Afrika 2019-2020
Départ le 1er décembre 2019

5ème partie
Mauritanie et Sahara Occidental
-  du 14 au 23 févirer 2020
Banc d'Arguin, Sebkha Imlili, Dakhla, piste Laayoune-Smara (oued Seguiet el Hamra)

Le passage de la frontière Sénégalaise se passe sans problème et rapidement.
Pour la Mauritanie, il en va de même, mise à part une petite fouille de la part des douaniers, sans conséquence.
Bon à savoir, nous avons déclaré avoir 2 bouteilles de vin et 2 cannettes de bière, et le douanier a dit : pas de problème, vous avez le droit, c'est pour votre consommation personnelle...



Une trentaine de kilomètres après la digue, en continuant par une piste, nous trouvons un joli emplacement dans la végétation pour un bivouac. Betty et Serge restent avec nous.
Le lendemain, nous poursuivons en direction de Nouakchott en restant sur des pistes le plus longtemps possible. Un canal nouvellement construit permet l'irrigation de la région, pour le plus grand plaisir du bétail


On fait un petit détour pour accéder à un petit village de pêcheurs. On aurait aimé acheter du pain, mais il n'y en a plus...




Nouakchott

A Nouakchott, on retrouve avec plaisir nos amis de SudRando, qui viennent de finir un raid. Nous passons une soirée très sympa en leur compagnie.



Nous profitons de cette journée à Nouakchott pour faire une vidange d'huile au Land Cruiser après plus 10'000 km. On achète l'huile et un filtre dans une boutique d'accessoires auto et le vendeur nous indique où on peut aller faire la vidange. Le mécanicien fait ça dehors et laisse couler une bonne partie de l'huile sur le sol... Ca nous coûte Euro 5.- pour le travail...

Banc d'Arguin


Ensuite nous partons pour le Banc d'Arguin; c'est malheureusement la marée haute en matinée, donc nous ne pouvons pas emprunter la plage pour accéder à Nouâmghar, l'entrée du parc. Nous prenons la route.
Après de très belles pistes sablonneuses, nous rejoignons notre campement préféré, au Cap Tafarit. Et là, surprise ! qui retrouvons nous ?? Nos amis Betty et Serge partis la veille ! Nous mangeons ensembles au restaurant du campement (très bien mangé !) et passons une bonne soirée; ça devrait être la dernière pour un bout de temps, car ils décident de rejoindre le goudron et de passer la frontière marocaine le lendemain. De notre côté, nous continuons sans nous presser par la piste jusqu'à la frontière.

Nous avons eu plaisir à constater que le campement du Cap Tafarit se maintient bien depuis notre dernier passage en décembre 2017, il y a même une nouvelle salle pour le restaurant ! Nous connaissons ce bel endroit depuis 2006 et entre 2010 et 2016 ils ont connu une mauvaises période, plus de touristes, et les infrastructures n'étaient plus du tout entretenue.
Les panneaux indicateurs sont maintenant illisibles...
Petit plantage en voulant traverser un cordon de dunes...


Des voyageurs qui n'ont pas eu de chance... Pas toujours facile le désert !

On longe de très belles dunes, heureusement pas besoin de les franchir !



Pour le bivouac, on parvient à trouver un joli emplacement sur du sable dur. Ce soir-là, nous avons eu tous les temps, d'abord du vent, comme toute la journée, ensuite une accalmie avec un rayon de soleil (j'ai même pu sortir mon drone !), puis une tempête avec des vents violents ainsi qu'un peu de pluie. Tourefois, la nuit était plutôt tranquille


Le passage de la douane pour sortie de Mauritanie se fait en 15 minutes à peine. Auncun problème.


Ensuite, c'est le no man's land entre la Mauritanie et le Maroc, environ 3 km de piste un peu cassée, toujours pareil, avec plein d'épaves de voitures abandonnées. Bien plus agréable à passer avec le Land Cruiser qu'avec notre Ducato l'année dernière ! Après, une route goudronnée de 2-3 km rejoint la frontière Marocaine.
Les formalités marocaines sont relativement longues, comme d'habitude, plus de deux heures cette fois, bien que tout se passe normalement... On avait un peu soucis que notre visa Algérien ainsi que le passage de la frontière à Tindouf pose problème, mais aucun commentaire !



Maroc




Enfin de retour au Maroc ! Nous nous arrêtons au Motel Barbas, 70 km après la frontière, pour manger une pizza, ensuite nous nous dirigeaons vers la plage à une quizaine de kilomètres, pour passer la nuit. Sur qui on tombe une fois de plus ?? sur Betty et Serge !! On ne pensait vraiment pas les retrouver aussi vite, bien qu'ils nous avaient indiqué cet emplacement de bivouac. C'est un très bel endroit, mais il y a beaucoup vent. Le lendemain matin, nous allons faire une petite balade au bord de la mer. Nos amis partent faire une randonnée de plusieurs heures.






Sebkha Imlili (avant Dakhla)



C'est la deuxième que nous venons ici, mais c'est toujours aussi incroyable ! Au milieu du désert, se trouvent plus de 160 poches d'eau salée permanentes, jusqu'à 55 mètres de longueur et d'une profondeur pouvant atteindre 4,6 mètres, qui hébergent un grand nombre de poissons "Tilapia de Guinée". Tout simplement magnifique !







A Dakhla, nous nous offrons un bon restaurant (Villa Dakhla) et mangeons un excellent faux-filet de boeuf !


De Dakhla, nous poursuivons notre remontée du Maroc par des pistes
Nous croisons de nombreux troupeaux de dromadaires avec les jeunes
Peu avant Boujdour, très beau spot pour une pause ou un bivouac


Piste Laayoune-Smara (oued Seguiet el Hamra)

Nous passons Laayoune sans nous attarder; nous faisons juste quelques courses et les pleins de diesel et eau (pas facile de trouver de la bonne eau dans le Sahara Occidental : soit elle est saumâtre, soit elle sent le désinfectant ou le souffre...). Ensuite, nous débutons la piste et cherchons rapidement un emplacement protégé du vent pour un bivouac, car la nuit commence à tomber et le vent souffle toujours aussi fort.

Nous gardons un très beau souvenir de cette belle piste qui longe l'oued Seguiet et Hamra pour aller à Smara. Nous l'avions faite en janvier 2014 avec Claudia et David en motos.


La zaouïa et la mosquée du fils d'un Cheikh fondateur de Smara, qui a été détruite par les inondations de novembre 2016 et qui n'est pas restaurée...


Le vent de sable s'est bien installé aujourd'hui, il n'y a que les dromadaires que ça ne dérangent pas, ils ont l'habitude !


C'est vraiment dommage de faire cette piste avec le vent de sable, on ne voit rien, on ne peut pas profiter de la belle végétation qui longe l'oued, et de plus un passage d'oued sablonneux où la piste à complètement disparu est très difficile à franchir. On ne sait pas dans quelle direction il faut aller pour rejoindre la piste, on a aucune vue d'ensemble. Mais notre voiture est incroyable, Kurt met les vitesses courtes et on continue à chercher dans toutes les directions sans s'arrêter jusqu'à ce que l'on retrouve la piste, sans s'ensabler, ouf !


C'est fatigués par cette rude journée que nous atteignons le camping de Smara. Avec un grand plaisir, nous nous régalons avec notre premier tagine.



Le lendemain, le vent de sable souffle toujours. Nous continuons quand même sur Akhfenir, en bord de mer, en espérant que la visibilité sera meilleure... Eh bien, on a tout faux, c'est encore pire ! Lorsqu'on arrive à Akhfenir, les habitants prennent des photos dans la rue, comme s'ils n'avaient jamais vu ça ! On trouve un coin un peu abrité entre deux maisons pour faire une pause et manger quelque chose, et ensuite on continue jusqu'au Ksar Tafnidilt (Tan Tan) où on passe la nuit. Le vent tombe enfin dans la soirée.


Suite: Icht, Tafraoute, retour à Agadir, Taliouine et virée dans la région du Toubkal, puis confinement au Paradis Nomade, Agadir, jusqu'à ... inch Allah !





Home / Page Up / Voyages / Afrika 2019-20